Les Portes du Ciel Sont Fermées – ShaykhTariq Jameel

Un court rappel émouvant de Shaykh Tariq Jameel traduit en français.
Shaykh Tariq Jameel nous parle du lien que les musulmans avaient avant avec leur Créateur et comment cela les a protégés des calamités, ceci nous est présenté à travers de forts exemples. Ensuite notre état est décrit et la conclusion est autant pratique que visible. Qu’Allah nous donne la capacité d’agir sur ce qui a été dit. Ameen.

Dans la première guerre en Syrie, il y avait un régiment de 8000 personnes avec Amr bin Ass (ra). C’était la première guerre durant le règne d’Abu Bakr Siddiq (ra). Les byzantins étaient 100 000 et les Sahaba seulement 8000. L’attaque des byzantins fut subite, par conséquent les Sahaba n’ont pu se regrouper et ont été encerclés par les byzantins. 100 000 encerclant 8000. Lorsqu’un groupe est encerclé alors on est sûr de sa destruction à 100%. Quand un régiment est encerclé, il n’y a aucune chance de survie. 100 000 encerclant 8000.

Parmi eux, il y avait un grand Sahabi du nom de Wathilah bin Asqa (ra), il rapporte : « Ce fut une telle scène horrible que nous avions tout oublié de la poésie. » C’était dans l’habitude des arabes de réciter des vers de poésie pour se donner du courage. La mort était devant eux et ils récitaient des vers de poésie.

Ce sont des vers qu’une tribu arabe, les Banu Dabba, récitait durant la guerre, « La mort est plus douce pour nous que le miel. Vous voulez nous faire peur de la mort ? » Sur la plaine de Karbala, Shimar a dit : « Nous allons tous vous massacrer. » Alors Hussain (ra) sourit et dit : « Tu veux me faire peur de la mort ? La mort est le moyen pour moi de rencontrer mon Seigneur, tu essayes de me faire peur de la mort ? »

L’habitude des arabes était donc de réciter de la poésie. Je suis celui que sa mère a nommé Haydar, Comme les lions de la jungle dont on a peur d’être regardé. Je place la nourriture (l’assassinat) devant l’ennemi à grande échelle. Ce sont des vers de hazrat Ali (ra) lorsqu’il combattait durant la guerre de Khaybar, il récitait cela. Ce sont des vers de Jafar bin Abi Talib (ra) qu’il récitait durant la bataille de Muta, et il tomba martyr. Ce sont des vers d’Abdullah bin Rawaha (ra) qu’il récitait durant la bataille de Muta, et il tomba martyr.

Ils étaient généralement courageux. Mais une telle peur les a submergea que Wathilah (ra) rapporta : « Nous avons tout oublié de la poésie. » Et toute la foule de 8000 personnes n’avait qu’une seule phrase sur la langue, « O Seigneur de Muhammad, aide la oumma de Muhammad. » Quand Allah est satisfait, alors même ces deux phrases suffisent.

3 000 000 de personnes pleurants tenants le tissu de baitullah durant la 29ème nuit. L’imam de la Kaaba pleurant pendant 1 heure en faisant dua. Le suivant, 3 000 000 de musulmans disent Aameen en pleurant. Les portes du ciel ne sont pas ouvertes !

Les portes du ciel ne sont pas ouvertes ! Même si une seule personne se met à pleurer pour Allah, il y aura du tumulte sur l’Arsh, Et les portes du ciel commenceront à s’agiter. Des voleurs ont attrapé Abu Malika (ra) et ont tenté de le tuer, Il cria « Ya Arhamar-rahimeen », « O le plus miséricordieux des miséricordieux » Un des voleurs pris un sabre, Abu Malika dit « Ya Arhamar-rahimeen » Il tenta de le tuer, Abu Malika appela « Ya Arhamar-rahimeen ». Soudainement un cavalier descendit et le frappa avec une lance. Quand le voleur tomba, son corps brula et fut réduit en cendre. Abu Malika (ra) demanda « Qui es-tu ? » Le cavalier répondit « Je suis un ange du 4ème ciel. Quand tu cria Ya Arhamar-rahimeen une première fois, alors les portes des sept cieux commencèrent à trembler. Cette voix semble être celle de quelqu’un de familier. »

Lorsque l’ensemble de notre génération est occupé à regarder de la nudité durant toute la nuit. Les commerçants se plient à l’intérêt. Les enfants désobéissent à leurs parents. Les nuits se passent dans l’alcool et la fornication. Dans les marchés il y a des jeux d’argent et de l’intérêt au nom du commerce. Il y a de l’oppression au nom du gouvernement. Il y a de la malhonnêteté au nom de la bureaucratie. Alors comment est-il possible de faire qu’Allah soit satisfait de nous ?

« Quand tu as dit Ya Arhamar-rahimeen une seconde fois, alors Allah demanda qui était prêt à aider son serviteur. J’ai dit : O Allah, je suis prêt. Quand tu as dit Ya Arhamar-rahimeen la troisième fois, j’étais présent devant toi. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s